Mardi 15 octobre 2019
Shakespeare/Tchaikovski : trilogie de choc
Une nouvelle manifestation de l’effet Dudamel
Tchaikovski/Shakespeare

La main sur le cœur et l’enthousiasme en bataille, Gustavo Dudamel se sent des affinités avec Tchaikovski. Il le dirige à l’effet, au premier degré, comme il l’a montré en 2009 dans la 5ème Symphonie et Francesca da Rimini. Cette fois, il s’attaque aux trois « ouvertures fantaisie » ou « fantaisies symphoniques » inspirées de Shakespeare. En concert, avec l’Orchestre de Los Angeles, il a fait de ce programme un grand show musico-théâtral : Orlando Bloom déclamait des extraits de Roméo et Juliette et Malcolm McDowell était Prospero dans La Tempête. Le voilà sur disque, avec un Orchestre Simon Bolivar désormais très au point, mais sans les acteurs. Lorsqu’on écoute les trois pièces à la suite, l’effet Dudamel joue à plein : l’amour, la mort, la bataille, le spleen d’Hamlet, l’enchantement de La Tempête sont exposés, surexposés même, en tout cas emportés dans un souffle qui correspond bien à la vision romantique que Tchaikovski et ses contemporains avaient de Shakespeare. A la réécoute, comme souvent avec ce chef extraverti, on se sent en manque de distance, de doute, de raffinement. Cela est particulièrement sensible dans Roméo et Juliette, la plus justement célèbre des trois œuvres, dans laquelle tous les grands chefs, de Toscanini à Markevitch, ont su voir bien autre chose que le drame de l’innocence sacrifiée.
François Lafon

Hamlet - La Tempête - Roméo et Juliette
Orchestre Symphonique Simon Bolivar du Venezuela
Direction musicale : Gustao Dudamel
1 CD Deutsche Grammophon 477 9355
1 h 06 min

mis en ligne le mercredi 20 avril 2011

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.