Mardi 15 octobre 2019
Sade ou Marivaux ?
Yannick Nézet-Séguin dirige un Cosi fan tutte à rebrousse-poil
 
Le même, pas pareil
Mozart et Marivaux
Cosi subtil façon théâtre par René Jacobs
Cosi fan tutte

Deuxième volume de la collection « Mozart, les sept opéras de maturité » enregistrés en concert au Festspielhaus de Baden-Baden sous la baguette de Yannick Nézet-Seguin. Don Giovanni, le premier, était habilement consensuel (voir ici). A sa manière, ce Cosi fan tutte l’est moins. C’est un Cosi méchant, brutal même : tempos d’enfer, contrastes surexposés, sonorités agressives du Chamber Orchestra of Europe. Loin de former un divin sextuor, l’équipe de chanteurs réunit la carpe et le lapin : au vétéran Alessandro Corbelli, Don Alfonso tout en (fausse) rondeur, est adjointe Mojca Erdmann, Despina hystérique, voire hurlante. Les victimes de ce couple diabolique sont aussi fortement contrastées : Fiordiligi virtuose mais sèche (Miah Persson), Dorabella plus commune que sensuelle (Angela Brower), Guglielmo dans la tradition (Adam Plachetka), Ferrando inclassable en la personne de Rolando Villazon, dont les efforts de reconversion en ténor mozartien de charme sont entachés de quelques dérapages. Selon que vous serez sadien ou marivaldien, ce Cosi vous paraîtra pertinent ou déplacé. Il n’est en tout cas pas facile à inclure dans une discographie déjà pléthorique, ce qui en soi justifie son existence. 
François Lafon

Cosi fan tutte
Miah Persson (Fiordiligi), Angela Brower (Dorabella), Adam Plachetka (Guglielmo), Rolando Villazon (Ferrando), Mojca Erdmann (Despina), Alessandro Corbelli (Don Alfonso)
Vocal Ensemble Rastatt, Chamber Orchestra of Europe
Direction musicale : Yannick Nézet-Séguin
3 CD Deutsche Grammophon 479 0641
2 h 58 min

mis en ligne le mardi 1 octobre 2013

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.