Dimanche 26 mai 2019
Rana, médusante
Des Variations Goldberg à nulle autre pareilles
Goldberg Variations

Serait-elle d’un âge canonique, on pourrait dire : voilà, c’est l’enseignement de toute une vie. Mais non, Beatrice Rana, pianiste italienne, n’a que 24 ans, et livre des Variations Goldberg à nulle autre pareilles. Elle y entre, par l’aria introductive, avec humilité : tout en simplicité, c’est à se demander si elle n’exagère pas (ce sera le seul moment) à force de ne vouloir trop promettre. La suite des trente variations étonne par l’équilibre des voix, ces basses légères et ces aigus charnus, la clarté du touché, le fluidité des phrasés. Et les surprises, toujours : la Variation 4 paraît bien en retenue ? La 5 est là pour prouver l’inverse : c’est que la 4 est conçue pour un clavier, et la 5 pour deux claviers,  nous rappelle Beatrice Rana, et l’effet se répétera par la suite, naturellement, sans insister. A chaque Variation, sa Danse, mais vous êtes perdu dans les noms, que Bach ne dévoile d’ailleurs pas ? Qu’importe, appréciez-en le rythme, il est rare en effet que chaque variation soit ainsi caractérisée à ce point par sa structure rythmique. Vous craignez que la virtuosité vienne à un moment gâcher le précieux édifice ? Allez directement à la 20…Peu de pédale qui vienne brouiller l’inspiration ; une science des silences qui ne sont pas absence de son mais plutôt des suspensions qui donnent à cette interprétation toute son élégance. On sort médusé de cette interprétation de mademoiselle Rana, et, s’il le fallait encore, par ce don qu’a la musique Bach de se prêter à tant de visions d’une stupéfiante diversité.
Albéric Lagier

Variations Goldberg, BWV 988
Beatrice Rana (piano)
1 CD Warner Classics
1 h 18 min

mis en ligne le jeudi 16 mars 2017

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.