Jeudi 26 mai 2022
Racines populaires
Compositeurs de l'Est à l'aube du XXème siècle
Gypsy Journey

Terminée en 1926, la troisième sonate pour piano et violon « dans le caractère populaire roumain » de George Enesco (1881-1955) est son seul ouvrage de musique de chambre devenu célèbre. Il s’agit d’un chef d’œuvre. La musique populaire roumaine se rattache à deux types fondamentaux : la danse, qu’on trouve dans le finale de cette sonate, et surtout le chant librement rythmé et non mesuré, opposé en soi à toute élaboration polyphonique. Cette sonate fait en outre usage du quart de ton, pour l’intonation et la couleur, et remet en cause la notion  de temps linéaire. On y entend des « chants d’oiseaux » presque à la Messiaen, et des imitations d’instruments populaires à vent (flûte), à cordes et même percussifs. Ces éléments réunis produisent parfois des sonorités incroyables, en particulier à la fin de l’œuvre. Avec la sonate d’Enesco culmine un CD pour piano et violon fait aussi de pages plus connues - les Six danses populaires roumaines de Bartok et surtout Tzigane de Ravel - et rappelant qu’à l’aube du XXème siècle, « les compositeurs de l’Est de l’Europe créent leur propre langage en puisant dans leurs racines populaires ». On entend également un morceau plus modeste d’Enesco, son Impromptu concertant en mi  bémol, et la Rhapsodie sur un thème moldave de Mieczyslaw Weinberg (1919-1996), où ce familier de Chostakovitch s’inspire en même temps de la tradition juive.
Marc Vignal

George Enesco : Impromptu concertant ; Sonate n°3 - Mieczyslaw Weinberg : Rhapsodie sur un thème moldave - Bela Bartok : Six danses populaires roumaines - Maurice Ravel : Tzigane
Tatiana Samouil (violon), David Lively (piano)
1 CD Indesens INDE 150
57 min

mis en ligne le samedi 14 mai 2022

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.