Mardi 15 octobre 2019
Plongeon sans airs
Les musiques pour théorbe de Bellerofonte Castaldi
Ferita d’amore

Bellerofonte Castaldi était un drôle de bonhomme, bretteur et aventurier avant d’être musicien et poète, capable de tout pour défendre les siens mais atteint parfois d’une douce mélancolie, peut-être en raison de la balle qu’il avait reçue dans la jambe, le condamnant à boiter de manière disgracieuse et à se retrouver tristement seul. A Modène où il naquit en 1580 et mourut en 1649, après bien des voyages, il imagina un théorbe miniature et édita ses propres œuvres. Celles qui sont rassemblées ici reflètent son vague à l’âme : Ferita d’amore -blessure d’amour – annonce le titre de cet album dont on devine alors qu’il n’invitera pas à danser la gigue. Qu’il nous plonge dans une atmosphère morose, pourquoi pas, mais lorsque le plongeon se prolonge, on finit par manquer d’air, du moins d’airs suffisamment éloquents pour évoquer la lassitude du compositeur sans provoquer la nôtre. Les interprètes ont beau y mettre tout leur cœur et tout leur talent, les œuvres de Castaldi ne parviennent pas vraiment à nous révéler quelque trésor musical caché.
Gérard Pangon

Musiques pour théorbe de Bellerofonte Castaldi
Evangelina Mascardi (théorbe), Monica Pustilnik (petit théorbe), Marco Beasley (ténor)
1 CD Arcana A 368
58 min

mis en ligne le dimanche 27 novembre 2011

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.