Lundi 14 octobre 2019
Parcours musical sur le Danube
Hélène Grimaud en plongée dans l'Europe centrale
Résonances

Vienne-Budapest sur le Danube : une distance très courte mais quel parcours musical ! Entre le classicisme et la modernité, Hélène Grimaud propose, après son Credo, un nouveau disque-concept au titre vaguement évocateur. Les résonances entre ces quatre compositeurs sont pourtant bien réelles. Point de départ, l’opus 1 de Berg. Hélène Grimaud a raison de s’y intéresser : tout l’univers de l’auteur de Wozzeck se trouve déjà dans cette œuvre à la fois pleine de nostalgie du romantisme et de promesses pour l’avenir de la musique. A elle seule, son interprétation intelligente et habitée aurait justifié ce disque. Mais avec le bond en arrière vers Mozart et Liszt pour atterrir finalement chez Bartok (Danses populaires roumaines), ce programme demande à la pianiste de toucher à toutes les cordes de son arc, trop peut-être pour qu’elles sonnent toujours juste. La sonate en la mineur K 310 de Mozart commence de manière erratique, se poursuit de manière un peu heurtée et donne finalement une impression un peu scolaire. La sonate de Liszt (construite, comme celle de Berg, en un seul bloc qui intègre tous les mouvements de la sonate classique) lui convient mieux, mais combien d’autres interprétations sont plus démoniaques, plus excitantes, plus hallucinées ? Quant aux très virtuoses miniatures de Bartok qui terminent ce parcours, elles ont plutôt l’air d’un bis. Et ce voyage donne l’impression de n’être pas allé assez loin…
Pablo Galonce

Mozart : Sonate pour piano K 310 - Berg : Sonate pour piano op. 1 - Liszt : Sonate en si mineur - Bartok : Danses populaires roumaines
Hélène Grimaud (piano)
1 CD Deutsche Grammophon 477 8766
1 h 9 min

mis en ligne le vendredi 29 octobre 2010

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.