Samedi 28 janvier 2023
Orages désirés
Le Trio Talweg voit Schubert en noir et rose
Trio D. 898 - Notturno - Auf dem Strom

Deux ans après son programme Ravel-Turina-Gubisch (voir ici), le Trio Talweg dans sa formation inchangée depuis 2016 après douze ans de turn over confirme dans Schubert ses qualités très… schubertiennes : orages violents cernés de plages de mélancolie, ensemble parfait débouchant sur d’inattendues joutes oratoires. Ainsi le célèbre Notturno, depuis toujours plus aimé du public que des commentateurs, prend-il - placé après lui - des allures de  mouvement oublié de son contemporain (1827) le 1er Trio D. 898 en si bémol majeur. Il pourrait même faire office de passerelle entre ce Trio « aimable » et son pendant le 2ème Trio D.929 en mi bémol majeur, plus dramatique et plus souvent joué, son « amabilité » étant ici plus qu’ailleurs prêt à passer du rose (foncé) au noir (soulagien). En attendant d’enregistrer (on l’espère) ce 2ème Trio, les Talweg terminent l’album avec leur transcription du magnifique Lied pour ténor, cor et piano Auf der Strom (Sur la rivière) sur un poème de Ludwig Rellstab, auteur de sept des Lieder du Chant du Cygne, dont ils ont bien fait de reproduire le texte dans la pochette, des formules telles « Et la vague m’emporte avec une célérité que je ne demandais pas » semblant saisir par avance leur façon de jouer. Une interprétation aux antipodes – mais pas moins convaincante - de celle du Beaux Arts Trio, plus « viennoise » et toujours de référence.
François Lafon

Trio n° 1 en si bémol majeur D.898 – Notturno D. 897 – Auf dem Strom D. 943
Trio Talweg : Sébastien Surel (violon), Eric-Maria Couturier (violoncelle), Romain Descharmes (piano)
1 CD NoMadMusic NMM 084
1 h 02 min

mis en ligne le jeudi 28 janvier 2021

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.