Dimanche 26 mai 2019
Ode à la joie du piano
Yury Martynov termine en apothéose son intégrale Beethoven/Liszt
Symphony no. 9

Cinquième et dernier chapitre de l'épique intégrale des symphonies de Beethoven dans la transcription pour piano de Liszt. Yury Martynov (sur un piano Blüthner du milieu du XIXème, qui après restauration sonne comme s'il sortait de l'usine) y est épatant de virtuosité comme dans les volets précédents (voir ici) : il « dirige » la symphonie avec un à-propos et un sens du détail dont bien des chefs pourraient s'inspirer ; son interprétation est si intense qu'on finit bien par oublier l'original. Si toutes les transcriptions sont exigeantes, dans la Neuvième la difficulté est encore accrue du fait de l'intrusion des voix dans le finale. Dans cette transcription pour piano seul, Liszt (il avait déjà essayé sur deux pianos, sans être vraiment convaincu du résultat) s'est concentré sur les parties orchestrales en délaissant celles du choeur et des solistes. Ce dernier mouvement, suite de passages de plus en plus vertigineux dont la superbe prise de son ne perd pas une miette, est la vraie apothéose de cette intégrale, que tout amoureux des symphonies de Beethoven et du piano de Liszt se doit de connaître.
Pablo Galonce

Symphonie n° 9 en ré mineur op. 125
Yury Martynov (piano)
1 CD Alpha Outhere Alpha 227
1 h 10 min

mis en ligne le mercredi 17 février 2016

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.