Jeudi 17 octobre 2019
Objet Vocal Non Identifié
Nathalie Stutzmann chante et dirige Vivaldi
Vivaldi - Prima Donna

Dans les opéras de Vivaldi, les rôles principaux sont souvent confiés aux contraltos féminins. Etait-ce par fascination pour ce registre rare et intrigant, ou par souci d’économie, les interprètes féminines étant moins cotées, à l’époque, que les coûteux castrats? Le débat reste ouvert. Aujourd’hui, Nathalie Stutzmann est considérée comme une des rares véritables contraltos avec une tessiture ample, un son qui peut être velouté et rond. Avec le temps, cependant, son registre migre bizarrement vers celui de contre-ténor altiste… au registre de grave de poitrine. Résultat, une voix inclassable, avec des « passages » inhabituels, une voix hors de tout repère et école, qui peut troubler comme elle peut gêner. En témoignent les extraits au programme de ce CD, pour quelques uns inédits, dont le vaillant Vincerà l’aspro mio lato (Semiramide) et l’agité Cara gioia e bel diletto (Arsilda). Mais Nathalie Stutzmann ne fait pas que chanter si étrangement, elle dirige aussi, et là de façon plus « classique ». Ecoutez-la dans une sinfonia de l’Olympiade RV 725 : elle se révèle être un chef de tout premier plan. Si la « Prima donna » n’en est plus une, la chef Stutzmann et l’Orfeo 55 font preuve d’une sensibilité et d’une expressivité de bon aloi dans ce répertoire vivaldien.
Albéric Lagier

Extraits d'airs et de symphonies tirés d'opéras
Nathalie Stutzmann (contralto)
Orfeo 55
Direction musicale : Nathalie Stutzmann
1 CD Deutsche Gramophon (2011)
1 h 13 min

mis en ligne le dimanche 1 mai 2011

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.