Mardi 15 octobre 2019
Non-dit et trop-dit
Des dangers de mélodie russe pour la voix de contre-ténor
Tchaikovsky\'s Secrets

Une origine (russe), une sensibilité (exacerbée), une voix (d’alto) : trois raisons pour le contre-ténor Alexis Vassiliev de se lancer dans un récital de mélodies de Tchaikovski. On peut y ajouter le goût du compositeur de Casse-noisette pour les pastiches et coups de chapeau, notamment à Mozart et à l’opéra, ainsi que sa bonne (pour l’époque) connaissance de l’art des castrats. Mais pour être un art de l’évocation plutôt que de l’incarnation, la mélodie romantique requiert des voix plus classiquement sexuées, au risque de tomber dans la caricature : Philippe Jaroussky, pourtant appliqué à éviter de parodier les cantatrices reconverties dans ce genre requérant davantage d’expressivité que de prouesses vocales, n’y est pas toujours parvenu. Avec son timbre sombre et son expression tourmentée, Vassiliev parcourt l’univers de non-dit et de trop-dit tchaikovskien avec toute l’inventivité nécessaire, efficacement accompagné par Katia Nemirovitch-Dantchenko. Mais lui non plus n’arrive pas toujours à contourner l’obstacle, c'est-à-dire à nous faire oublier l’aspect Castafiore de l’exercice.
François Lafon

La Nuit ; Ne me quitte pas ; La lettre brûlée ; Les Lumières ; Première rencontre ; Ne me crois pas ; Chanson tzigane ; Avoir si vite oublié ; Pimpinella, chanson florentine ; Dis-moi de quoi ; Au milieu du bal ; Où vas-tu ? ; Nuits folles ; Mon génie...
Alexis Vassiliev (contre-ténor contralto), Katia Nemirovitch-Dantchenko (piano)
1 CD Calliope CAL 1525
55 min

mis en ligne le dimanche 2 août 2015

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.