Vendredi 30 octobre 2020
Mozart et le truc en plume
Des Quintettes impeccables mais pas tout-à-fait magiques
 
Le même, pas pareil
Mozart en apesanteur
Quatuor Amadeus
Mozart - String Quintets K.515 & 516

Comme disait Gérard Majax dans une vieille émission de télévision : « Y’a un truc. » A la télé, trouver le truc permettait au téléspectateur de comprendre la magie de Majax. Quand le Quatuor van Kuijk enregistre Schubert, là aussi « y’a un truc » : la façon dont ils prennent à bras-le-corps La Jeune fille et la mort donne à ce chef d’œuvre des accents magiques, hallucinés (voir ici). Dans Mozart, c’est une autre histoire. Le jeu des van Kuijk repose souvent sur la densité et la dramatisation alors que cette musique légère avec gravité ou grave avec légèreté, c’est selon, nécessiterait plutôt un truc en plume, comme le début du Quintette K 516 qui donne l’impression que de petits oiseaux en cage cherchent une issue en voletant (Papageno les tirera d'affaire dans quelques années). Or l‘interprétation transforme cette inquiétude en véritable anxiété. Quant au Quintette K 515, il est nimbé d’une légère brume alors qu’on l’imagine un peu plus radieux. Loin d’être raté, cet album un tantinet décevant manque juste un peu de magie. « Y’a pas de truc. »
Gérard Pangon

Quintettes n°3 K. 515 et n°4 K. 516
Quatuor van Kuijk, Adrien La Marca (alto)
1 CD Alpha Classics Alpha 587 (Outhere)
1 h 07 min

mis en ligne le mercredi 7 octobre 2020

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.