Vendredi 18 octobre 2019
Mélodies sans paroles
Sandrine Piau explore l'univers du rêve
Après un rêve

On aime bien Sandrine Piau parce qu’elle est toute simple, qu’elle est une musicienne née, que sa voix est pure et que sa technique est sans faille, mais aussi parce qu’elle représente, avec Véronique Gens et Patricia Petibon, une génération formée à l’école baroque et qui a su, en élargissant son répertoire, donner un coup de jeune au chant français si longtemps sinistré. Mais elle a les défauts de ses qualités : à force d’être toute simple, elle est bien souvent neutre, ce qu’on peut constater au fil de son abondante discographie. Dans ce récital, bien soutenue par Susan Manoff au piano, elle prend pour fil rouge (ou gris) le rêve, sujet favori des romantiques et de leurs successeurs au XXème siècle, contemporains du surréalisme et de la psychanalyse. Elle commence par Strauss, qu’elle chante impeccablement, avec juste ce qu’il faut d’abandon. Son Mendelssohn est lui-aussi sans reproche : enjouement et mélancolie. Elle nous aussi fait découvrir Vincent Bouchot (né en 1966), qui mêle (en allemand) chant populaire et expression plus raffinée, et termine par trois merveilles de Benjamin Britten, qui lui aussi aimait jongler avec le folklore. Là où elle rencontre des problèmes, c’est chez Chausson, Fauré et Poulenc. Car quand elle chante dans sa langue natale, Sandrine Piau oublie d’articuler, et perd tous ses moyens de diseuse. Un comble, non ?
François Lafon
 

Lieder et mélodies de Richard Strauss, Gabriel Fauré, Felix Mendelssohn, Ernest Chausson, Vincent Bouchot, Francis Poulenc, Benjamin Britten
Sandrine Piau (soprano), Susan Manhoff (piano)
1 CD Naïve V 5250
59 min

mis en ligne le vendredi 25 mars 2011

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.