Mardi 16 août 2022
Mariage, trompettes et castagnettes
Récit musical d'un jour de gloire par Le Poème Harmonique
Les Noces royales de Louis XIV

Juste avant sa mort, le Cyrano d’Edmond Rostand rapporte à Roxane, réfugiée au couvent, les potins de la cour. « Jeudi : Mancini, reine de France – ou presque ! » Ce « ou presque » dit tout : le premier et grand amour du jeune Louis XIV ne régnera jamais, Marie Mancini sera victime des projets politiques du cardinal Mazarin. Pour asseoir la domination de la France en Europe, une petite Italienne, fût-elle sa nièce, ne vaut pas une infante d’Espagne, descendante des Habsbourg. Le roi rechigne, mais sous la pression du cardinal et de sa mère, Anne d’Autriche, finit par se plier à la raison d’Etat. Le mariage avec Marie-Thérèse d’Autriche a lieu le 9 juin 1660 à Saint-Jean-de-Luz. Ce triomphe politique ne peut pas être modeste, l’événement se doit d’être fastueux, et la musique est de la partie. Comme on ignore aujourd’hui la plupart de ce qui fut réellement joué, Vincent Dumestre a conçu un programme dans l’esprit de ces années-là : Lully et Louis Couperin avaient accompagné le cortège royal jusqu’au pays basque, Mazarin avait privilégié des musiciens italiens, comme Francesco Cavalli dont l’opéra Ercole amante ne fut donné que deux ans plus tard, et l’Espagnol Juan Hidalgo avait composé un opéra de circonstance. Les Sonneries pour les trompettes du Roi donnent le ton : il ne s’agit pas de faire dans la nuance, on imagine bien d’ailleurs que la transparence et la subtilité ne seyaient pas à la gloire du cardinal et du souverain. Le Poème Harmonique restitue puissamment cette atmosphère et, en dépit de solistes pas toujours à leur apogée, permet de découvrir un magnifique Lamento de Cavalli (Lasciatemi morire) et un air espagnol, enjoué et pittoresque, avec guitares et castagnettes, ce qui en 1660 a dû surprendre plus d’un Français.
Gérard Pangon

Jean-Baptiste Lully : Sonneries pour les trompettes du Roi ; Entrée pour la Maison de France ; Les Espagnols ; Les Basques ; Motet pour la paix, Jubilate Deo – Louis Couperin : Prélude – Jean Veillot O filii et filiæ – Guillaume-Gabriel de Nivers :extraits du Livre d’Orgue contenant Cent Pièces de tous les Tons de l’Eglise – Salomone Rossi : Sinfonia grave – Francesco Cavalli : Magnificat ; Lasciatemi morire extrait de Xerse – André de Rosiers : Après une si longue guerre – Nicolas Métru : O France – Juan Hidalgo : Dos zagalas venian extrait de Celos aun del aire matan
Ana Quintans (soprano), Victoire Bunel (mezzo-soprano), David Tricou (haute-contre), Serge Goubioud (ténor), Virgile Ancely (baryton)
Le Poème Harmonique, Chœur de la compagnie La Tempête
1 CD Château de Versailles CVS 066 (Outhere)
1 h 05 min

mis en ligne le mardi 5 juillet 2022

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.