Vendredi 18 octobre 2019
Mariage forcé
Nikolai Lugansky seul au monde face à deux concertos blockbusters
Grieg - Prokofiev, Concertos

Pour une fois que le Concerto pour piano de Grieg n’est pas couplé avec celui, si différent, de Schumann… Le mariage, cela dit, n’est pas tellement plus évident avec le 3ème Concerto de Prokofiev, le plus grand public des cinq, incontournable machine à briller pour les pianistes aux doigts agiles. On attendait de toute façon Nikolai Lugansky – doigts agiles mais surtout tête bien faite – dans l’un et l’autre, et l’on n’est pas déçu. Son Grieg est résolument romantique – geste large et rubato très contrôlé –, son Prokofiev étincelant sans être clinquant (le contraire d’un Lang Lang – voir ici). Mais pourquoi le piano est-il placé si loin devant et l’orchestre si loin derrière, au point qu’on a parfois l’impression que le disque a été réalisé en re-recording ? A moins que, dirigé par Kent Nagano, le Deutsche Symphonie-Orchester de Berlin ne soit réellement aussi gris, aussi peu concerné, et que Lugansky – surtout dans Grieg – ne dispense à lui seul l’énergie nécessaire, au prix de quelques effets appuyés qui ne sont généralement pas dans sa manière.
François Lafon

Grieg : Concerto pour piano et orchestre - Prokofiev : Concerto n° 3 pour piano et orchestre
Nikolai Lugansky (piano)
Deutsches Symphonie-Orchester Berlin
Direction musicale : Kent Nagano
1 CD Ambroisie - Naïve AM 210
59 min

mis en ligne le dimanche 22 décembre 2013

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.