Vendredi 18 octobre 2019
Les voix dans l’orchestre
Riccardo Chailly en champion du Verdi symphonique
Viva Verdi - The La Scala Concert

Dans la série d’événements du bicentenaire Verdi qui ont eu lieu à Milan en 2013, ce concert du Philharmonique de La Scala a dû faire figure d’exception : pas une seule note chantée du compositeur chéri de la maison. Le programme est typique de Riccardo Chailly, qui a toujours le chic pour ne pas faire le choix le plus évident : des pages pour orchestre tirées des opéras les moins aimés de Verdi, si l’on fait exception de cette ouverture de Nabucco où l’on entend déjà le thème du chœur des esclaves. Les extraits de Giovanna d’Arco et Jérusalem (version pour Paris des Lombardi alla prima crogiata avec une musique de ballet… qui ne ressemble vraiment pas à une musique de ballet) n’ont pas de pas de quoi chauffer le public de la Scala, bien que Chailly y soit à son habitude, précis et alerte. La (longue) musique de ballet des Vêpres siciliennes (que l’on n’entend pas habituellement dans les rares représentations de cet opéra) est le vrai morceau de résistance : quatre pages qui justifient la prétention de Chailly de faire de Verdi un maître de l’orchestre. Il faut néanmoins attendre le bis pour que l’ouverture de La Force du destin (archiconnue, elle) réveille enfin un public moins démonstratif qu’à son habitude.
Pablo Galonce

Nabucco, Sinfonia - Giovanna d'Arco, Sinfonia - Jérusalem, Introduction et airs de ballet - I Vespri Siciliani, Sinfonia et Le Quattro Stagioni - La Forza del destino, Sinfonia
Filarmonica della Scala
Direction musicale : Riccardo Chailly
Réalisation : Pietro Tagliaferri
1 DVD Decca 074 3894
1 h 37 mn

mis en ligne le jeudi 19 novembre 2015

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.