Lundi 27 mai 2019
Les Nations, tout simplement
Les Ombres servent Couperin avec générosité
Les Nations

Ces Nations sont des sonates en trio, de celles que Couperin avait introduites en France en s’inspirant de Corelli. Elles marquent l’ouverture du goût français aux influences étrangères, et pas seulement italienne, alimentant ainsi un projet, celui des «goûts réunis», et des controverses aujourd’hui encore pas tout à fait éteintes : métissage culturel ? cosmopolitisme ? Dans ces débats, la tentation des interprètes est souvent d’aller au-delà de la musique vers le politique et de marquer cette musique de leur propre vision – une Europe des Lumières avant l’heure, sur les traces de Rousseau. Les Ombres font un travail plus humble, et plus difficile, de capter les couleurs, jouer avec les styles, souligner le génie propre de chaque instrument, de faire ce que Couperin énonçait plus simplement : allier la fluide retenue et l’élégante déclamation françaises avec ce qu’il y a de plus dur et de plus extraordinaire dans la musique italienne. Margaux Blanchard (viole de gambe) et Sylvain Sartre (flûte) dirigent ces sonates, suivies de danses, sans projet autre que servir généreusement ces œuvres et le génie de leur auteur. Trois voix et huit instruments ainsi réunis dialoguent naturellement, fraternellement, et une forme d’évidence s’impose dans une interprétation de référence.
Albéric Lagier

Premier ordre : La Françoise ; Deuxième ordre : L'Espagnole ; Troisième ordre : L'Impériale ; Quatrième ordre : La Piémontoise
Les Ombres
Direction musicale : Margaux Blanchard, Sylvain Sartre
2 CD Ambronay AMY035
1 h 40 min

mis en ligne le lundi 19 novembre 2012

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.