Mardi 19 novembre 2019
Les caprices de Mariam
Le piano de Chopin et Liszt magnifié par la jeune Géorgienne
Mariam Batsashvili

Pour son nouvel album, Mariam Batsashvili retrouve le propos original de son précédent, qui panachait des transcriptions pianistiques de Bach, Liszt, Busoni et Leslie Howard (Cobra, 2016). D’une vedette à l’autre, elle réunit cette fois Chopin et Liszt. Née à Tbilissi (Géorgie), l’interprète a remporté le concours Liszt d’Utrecht, en 2014 ; fougueuse, sa version de Bénédiction de Dieu dans la solitude subjugue par la profondeur d’un jeu fluide et aérien. Les mélodies ondulantes des 6 Consolations se souviennent des Nocturnes de l’ami Chopin (3ème Lento placido), nimbées d’une douceur infinie, tout comme le Chopin des Chants polonais arrangé pour piano seul par Liszt, vivifie l’air populaire. Sommet de cet enregistrement, la combinaison de trois études op. 10 de Chopin –  les arpèges en folie de la I, le chromatisme legato de la II et la course effrénée de la IV – avec deux de Liszt – Grandes Études IX et X, remaniées ensuite en Études d’exécution transcendantes – que les compositeurs se sont mutuellement dédiées, où la pianiste jongle entre virtuosité, déclamation et remémoration. Un Liszt éblouissant de sérénité, dans la lignée d’Arrau et de Bolet.
Franck Mallet

Liszt : Bénédiction de Dieu dans la solitude, extr. des Harmonies poétiques et religieuses ; Consolations (Pensées poétiques) S172 ; Grandes Études S137 n°s 9 et 10 - Chopin : Études op. 10, n°s 1, 2 et 4 - Chopin / Liszt : Six Chants polonais S480
Mariam Batsahvili (piano)
1 CD Warner Classics 190295427863
1 h 10 min

mis en ligne le vendredi 18 octobre 2019

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.