Mardi 18 septembre 2018
La surprise du chef
Comment Riccardo Chailly peut encore étonner dans Mahler…
Mahler 1 Chailly

Au jeu des 7 Familles, en particulier celle dévolue à Mahler, Riccardo Chailly compte au moins un atout avec l’une des intégrales les plus réussies, celle réalisée au cours des années quatre-vingt-dix, avec « son » orchestre de l’époque, le mythique Concertgebouw d’Amsterdam (Decca). En vidéo cette fois-ci, à la tête du Gewandhaus de Leipzig qu’il dirige depuis 2005, s’achève une seconde intégrale avec cette 1ère Symphonie – ne restant plus à paraître que la captation de la 3ème pour clore ce cycle. Moins investi que dans les versions audio, excepté pour la 2ème et la la 8ème (voir ici), le chef italien dispose d’une formation aux sonorités moins flatteuses, en dépit d’une prise de son fine et détaillée. Si le 1er mouvement manque de cette atmosphère romantique ample et saturée chère à Weber (avec imitations des bruits de la nature !), en revanche, la valse du second et plus encore du si complexe troisième, restituent avec délice le rythme chaloupé de son cortège funèbre et grotesque, dans sa combinaison de cordes et de vents tour à tour tranchants, ébouriffés et frénétiques. Après les hésitations du début, le chef reprend la barre avec un 4ème mouvement d’une tension extrême et un final d’une rare pugnacité où passe l’ombre de Beethoven… L’ultime version filmée de la 3ème sera-t-elle aussi étonnante ?   
Franck Mallet

Mahler : Symphonie n° 1
Orchestre du Gewandhaus de Leipzig
Direction musicale : Riccardo Chailly
Réalisation : Ute Feudel
1 DVD Accentus Music ACC 20335
56 min + 24 min entretien avec R. Chailly

mis en ligne le vendredi 29 juin 2018

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.