Vendredi 18 octobre 2019
La mécanique LvB
Un face à face de sonates entre Beethoven et ses contemporains
 
Le même, pas pareil
Les envolées LvB
Arthur Grumiaux et le violon des anges
Répertoire 1799-1801 Violon et pianoforte

Consacrer deux CD à des sonates pour violon et pianoforte composées de 1799 à 1801, voilà qui est pointu, plus que pointu, et, bien entendu, ça ne doit rien au hasard. Pierre Bouyer s’en explique dans le livret : l’idée est d’entourer les sonates 4 et 5 de Beethoven « par des œuvres européennes publiées (ou composées) à la même période. » Excellente idée. Une fois le postulat posé et conscient du défi qu’il s’est fixé, le pianofortiste tente de déminer le terrain. « Les compositions vraiment intéressantes sont d’origine allemande ou viennoise. » Après le long travail de recherche qu’il a effectué, on lui fait confiance. « Nombre de sonates développent à l’infini […] des discours fort convenus. » L’écoute le confirme, hélas. Découvrir une sonate de Kleinheinz enregistrée en première mondiale ne manque pas d’intérêt historique, mais l’intérêt musical est tout relatif. Quant à la Grande sonate d’Eberl, elle a un côté kilométrique. Seule la Sonata o capriccio de Mederitsch révèle un petit grain de folie réjouissant. « Nous ne prétendons pas qu’une seule des œuvres présentées ici rivalise avec ces deux sonates de Beethoven. » On ne saurait mieux dire. « On écoute mieux Beethoven […] après avoir découvert son environnement musical. » Sans doute. Mais si le choix de ces différentes pièces offre un panorama intéressant des tendances musicales de l'époque, l’interprétation quelque peu mécanique ne suscite pas l'émotion, et, dans Beethoven en particulier, la sonorité du violon ne porte pas aux envolées.
Gérard Pangon
PS : le livret comporte des éléments historiques tout à fait passionnants.

L. van Beethoven : Sonates pour violon et pianoforte n°4 et 5 (Le Printemps) – J. Mederitsch dit Gallus : Sonata o Capriccio – J.–B. Cramer : Sonate en la majeur – A. Eberl : Sonate op. 14 en ré mineur – F.–X. Kleinheinz : Sonate op. 9 en mi bémol majeur
Pierre Bouyer (pianoforte), Nicole Tamestit (violon)
2 CD Diligence DIL1213 F
2 h 09 min

mis en ligne le samedi 29 juin 2013

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.