Vendredi 18 octobre 2019
La flûte est-elle une diva ?
Ou les divas sont-elles des flûtes ?
Fantasy, a night at the Opera

Démontrer comment « la flûte dialogue avec l’orchestre comme le ferait une prima donna », tel est le propos d’Emmanuel Pahud à partir d’arrangements composés par d’anciens maitres de la flûte. La démonstration commence par une Violetta bien sage, à se demander si l’intention ne se retourne pas contre elle-même : les divas chanteraient-elles comme des flûtes ? Las, Rigoletto arrive, et la Fantaisie composée par deux frères Doppler ne fait guère d’effet. C’est que l’orchestre, vaillant quand il est seul, est contraint au sotto voce quand la flûte d’Emmanuel Pahud et celle de Juliette Hurel s’élancent : ces dialogues en sont-ils vraiment ? Les rossignolades de ces deux opéras romantiques passées, on se laisse à penser que l’exercice serait peut-être mieux adapté s’il était appliqué à l’opéra baroque, ses bergers, ses bergères et les tourterelles tendres et fidèles (Mondonville). A défaut de baroque, détour par l’ère classique, voici Gluck et une Orphée… roucoulante. Naturellement, on s’attend à ce que la Flûte enchantée fasse partie du programme, elle y est, mais enchantée peut être pas. Et voilà, rendons justice aux solistes et à l’Orchestre Philarmonique de Rotterdam : la Fantaisie brillante sur Carmen clôt ce programme d’une façon éblouissante, seul moment de véritable fermentation entre la flûte d’Emmanuel Pahud et la baguette de Yannick Nézet-Seguin .
Albéric Lagier

Arrangements pour flûte d’airs d’opéras (Verdi, Tchaïkovski, Weber, Mozart, Bizet)
Emmanuel Pahud, Juliette Hurel, (flûte)
Orchestre Philarmonique de Rotterdam
Direction musicale : Yannick Nézet-Segin
1CD EMI Classics (2010)
1 h 11 min

mis en ligne le samedi 1 mai 2010

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.