Lundi 27 mai 2019
La diva de l’Empire
L’art pas si suranné de la pianiste Lili Kraus
The complete Parlophone, Ducretet-Thompson, Les Discophiles Français recordings - 1933-1958

Une dame au look suranné jouant Mozart en compagnie de Willi Boskovsky, premier violon du Philharmonique de Vienne et chef émérite du Concert Strauss du 1er de l’an : c’est l’image qu’a laissée Lili Kraus. Dans ce gros coffret réunissant un quart de siècle (1933-1958) d’enregistrements parmi lesquels ceux, légendaires, des Discophiles Français, on retrouve en effet ces Mozart des années 1950, à commencer par les Sonates pour piano (seul) : rien de suranné dans ce jeu à la fois libre et stylé. Même constatation à l’écoute de ses Haydn et de ses Schubert, de ses Beethoven de jeunesse avec Szymon Goldberg (autre premier violon, mais du Philharmonique de Berlin, chassé par les nazis), de ses rares Chopin, de ses Brahms superbes, de ses quelques Bartok (avec lequel elle avait étudié). Tout au long d’une vie dont on aurait pu tirer un roman d’aventures, cette native de Budapest (1903) morte aux Etats-Unis (1986) via Vienne, Berlin, Londres, Paris et la Nouvelle-Zélande est restée fidèle à quelques compositeurs, qu’elle a enregistrés dans des conditions plus ou moins optimales, mais qui témoignent tous d’une probité musicale et intellectuelle que l’on dit héritée d’Arthur Schnabel, le grand pianiste dont elle était une des meilleures disciples. C’est l’Indiana Jones du disque, Philippe Morin, qui a réuni, trié, classé ces pépites remasterisées dans leur jus, c'est-à-dire sans chercher à effacer leurs rides techniques. « Je suis un personnage d’Arthur Schnitzler, l’âme sœur d’Alfred Döblin, un sujet authentique – le denier, peut-être – de l’Empire austro-hongrois », affirmait Lili Kraus devenue citoyenne américaine. Oserait-on dire que tout cela s’entend dans sa façon de jouer ?
François Lafon

Œuvres de Mozart, Haydn, Beethoven, Brahms, Schubert, Chopin, Bartok
Lili Kraus, Homero de Magalhaes (piano), Szymon Goldberg, Willi Boskovsky (violon), Gilbert Coursier (cor), François Etienne, Jacques Lancelot, (clarinette), Paul Hongne (bassoon), Nikolaus Hübner, Etienne Pasquier, Antoni Pini (violoncelle), Pierre Pasquier (alto), Pierre Pierlot (hautbois), Jean-Pierre Rampal (flûte)
London Philharmonic, Philarmonia Orchestra, Orchestre de chambre du Wiener Konzerthaus
Direction musicale : Walter Goehr, Walter Süsskind, Willi Boskovsky
31 CD Erato 0825646242238

mis en ligne le vendredi 31 octobre 2014

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.