Lundi 6 avril 2020
L'univers hanté de Franz Schubert
Réinvention magique d'un sublime chef d'œuvre
Eine Winterreise

Eine Winterreise et non Winterreise, le titre a son importance. C’est donc dans leur voyage d’hiver que nous entraînent Noémi Waysfeld et Guillaume de Chassy, avec leurs obsessions et leurs errances. Les trouver dans un tel programme n’est pas vraiment une surprise : quoiqu’ils soient célèbres pour les musiques traditionnelles, la chanson ou le jazz, le classique fait depuis toujours partie de leur vie, et ils ne manquent pas une occasion de s’en rapprocher, de Schubert, déjà, pour Guillaume de Chassy qui a joué durant quelques années avec Brigitte Engerer. Leur itinéraire comporte treize étapes sur les vingt-quatre lieder que compte le cycle schubertien, treize manières d’aborder ce chef d’œuvre, où la voix de Noémi Waysfeld se fait douce puis rauque, va de la mélancolie la plus profonde à une véhémence douloureuse à la Kurt Weill jusqu’à une incantation à la mode klezmer. Les dérapages parfaitement contrôlés de Guillaume de Chassy et sa manière d’accompagner très simplement ou de créer un contrepoint ajoutent du mystère à la nostalgie schubertienne dans un esprit résolument moderne. C’est ainsi que, loin de le trahir, les deux interprètes rencontrent idéalement l’univers hanté de Franz Schubert.
Gérard Pangon
 
Ce programme est aussi un spectacle mis en scène par Christian Gangneron (voir ici)

13 lieder du Voyage d’hiver D 911 : Gute Nacht ; Erstarrung ; Der Lindenbaum ; Wasserflut ; Auf dem Flusse ; Rast ; Frühlingstraum ; Der greise Kopf ; Die Krähe ; Letzte Hoffnung ; Der Wegweiser ; Das Wirthaus ; Der Leiermann
Noémi Waysfeld (voix), Guillaume de Chassy (piano)
1 CD Klarthe K095
48 min

mis en ligne le mercredi 4 mars 2020

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.