Mercredi 20 mars 2019
L'art et la manière
La Hammerklavier pas tout à fait comme les autres de Nelson Goerner
Sonate n° 29 \"Hammerklavier\" - Bagatelles op. 126

 Privilège de chanteur plutôt que de pianiste : on reconnait les yeux fermés le son et le ton de Nelson Goerner, caractéristique accentuée par la personnalité elle aussi affirmée de Franck Jaffrès, son directeur artistique, adepte de la restitution « écologique » du son. Dans sa « Hammerklavier », opus magnum beethovénien, forêt de notes où l’on discerne encore la sonate classique bientôt pulvérisée dans les trois dernières Sonates op. 109, 110, 111, on retrouve d’emblée la manière Goerner : toucher délié, tempos contrastés, ni alanguis ni précipités, lignes assez fines pour s’entrecroiser sans perdre l’auditeur en route. L’antithèse des grands exaltés (Richter, Guilels) autant que des cérébraux affirmés (Pollini, Serkin), loin aussi de la furia romantique de son contemporain François-Frédéric Guy. On serait même avec lui au bord de la sortie de route stylistique (encore un peu de Bach et déjà du Schumann au détour d’une modulation) s’il ne tendait comme il le fait le grand arc beethovénien avec une sûreté discrète mais évidente, donnant sans cesse à entendre qu’il en a toujours « sous le pied ». On le retrouve ludique mais pas superficiel dans les six Bagatelles op. 126, adieux de Beethoven au piano dans lesquelles, justement, Schumann piochera avec profit.
François Lafon

Sonate n° 29 Hammerklavier
Nelson Goerner (piano)
1 CD Alpha 239 (Outhere)
1 h 03 min

mis en ligne le mardi 19 juillet 2016

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.