Vendredi 18 octobre 2019
L'art de ressasser Bach
Raman Bahrami sur le chemin de la maturité
Variations Goldberg - L'Art de la fugue

Pour Bach, composer c’est souvent ressasser la même idée jusqu’à en tirer la substantifique moelle. Ça peut prendre la forme de variations, comme dans les Goldberg, ou de contrepoints comme dans L’Art de la fugue. Avec ces deux chefs d’œuvre du ressassement, Ramin Bahrami affiche ses ambitions. Dans ces deux disques, enregistrés il y a quelques temps, qui arrivent aujourd’hui en France, on découvre un pianiste iranien formé en Italie qui a gagné une excellente réputation comme interprète de la musique de Bach. Est-elle justifiée ? Les Goldberg, enregistrées en 2002, tournent souvent à l’exercice de style. Toucher souple, doigts légers, Bahrami a indéniablement un son qui convient parfaitement à cet univers. Mais parfois il en fait trop et les idées de Bach sont plutôt émiettées que ressassées : trop d’ornements, trop d’articulations, trop de soulignés, on perd vite le fil. On craint qu’il tombe dans le même piège dans L’Art de la fugue, enregistré quatre ans plus tard. Surprise : le pianiste a gagné en maturité, semble plus sûr de ses choix, plus sobre mais aussi plus virtuose sans que cela tourne à la démonstration. Il laisse parler la polyphonie sans être aussi intrusif, est rythmiquement souple pour que chaque voix soit parfaitement audible. Dans une œuvre aussi complexe, cette épure fait mouche.
Pablo Galonce

Variations Goldberg - L'Art de la fugue
Ramin Bahrami (piano)
2 CD Decca vendus sépareément 476 5857 (Goldberg) et 476 5857 (Art de la fugue)
1 h 20 (Goldberg), 1 h 17 min (Art de la fugue)

mis en ligne le samedi 20 mars 2010

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.