Mardi 15 octobre 2019
Juan Diego Florez seul face aux Puritains (DVD)
Mais où sont les belcantistes du XXIème siècle ?
Les Puritains

Grisi, Rubini, Tamburini, Lablache : en 1835, pour la création de son ultime opéra au Théâtre Italien de Paris, Bellini réunit quatre chanteurs d’exception, que l’on surnommera le « Quatuor des Puritains ». Après eux, le quatuor sera bien souvent boiteux, la soprano - jusqu’à Maria Callas et Beverly Sills -, régnant en diva sur ses trois partenaires. En 2009 au Teatro Comunale de Bologne, c’est le ténor Juan Diego Florez qui a la main, dans le rôle hérissé de contre-ut, contre-ré et même contre-fa (un seul) composé pour Giovanni Battista Rubini. Comme c’est pour lui que le spectacle a été monté, le public ne tait pas sa joie. Ses partenaires vont du bon (la basse Ildebrando D’Arcangelo) au médiocre (le baryton Gabriele Viviani), en passant par le fonctionnel (la soprano Nino Machiadze). La mise en scène est monochrome (noir sur noir) et minimaliste, et l’énergique jeune chef Michele Mariotti n’a à sa disposition qu’un orchestre imprécis et des chœurs détonnant. Il aurait fallu à Florez une nature telle Anna Netrebko, dont la volcanique Elvira est disponible en DVD, captée au MET de New York, entourée elle aussi de partenaires qui ne la valent pas. Si vous ne tenez pas à l’image, écoutez ou réécoutez l’enregistrement dirigé par Richard Bonynge chez Decca. Avec Joan Sutherland, Luciano Pavarotti, Piero Cappuccilli et Nicolaï Ghiaurov, le « Quatuor des Puritains » n’est plus un canard boiteux.
François Lafon

Les Puritains
Nino Machiadze (Elvira), Juan Diego Florez (Arturo), Gabriele Viviani (Riccardo), Ildebrando D’Arcangelo (Giorgio)
Choeurs et Orchestre du Teatro Comunale de Bologne
Direction musicale : Michele Mariotti
Mise en scène : Pier’Alli
Réalisation : Andrea Bevilacqua
2 DVD Decca 074 3351
2 h 54 min

mis en ligne le jeudi 23 décembre 2010

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.