Vendredi 18 octobre 2019
Isolde sans Tristan faute de temps
L’ensemble Carpe Diem mutile Wagner
Tristan et Yseult

L’ensemble s’appelle Carpe Diem – profite du moment présent - et malgré cela n’hésite pas à réduire Tristan de ses 5 heures habituelles à 53 minutes et 13 secondes. La recette ? Fions nous au livret : « une concision gluckiste qui maintient en haleine et élude les interruptions habituelles des entr’actes » + « une transcription qui ne maintient que la voix chantée d’Isolde » + un récitant qui « vient y simuler l’effet de dialogue et met en mots le chant du violoncelle. » Yseult... Isolde… on ne sait pas trop bien : l’œuvre est pourtant attribuée à Richard Wagner, mais elle est mâtinée de Nietszche, Schopenhauer et Gottfried de Strasbourg (entre autres) ! Cette accumulation de faux sens musicologiques et littéraires pourrait être comique et devrait l’être. Toutes les ficelles du pastiche sont là, et l’on se met à penser à Pierre Dac en récitant, Bernard Haller en directeur musical, Florence Foster Jenkins en Isolde. Ce serait une distribution de rêve. Tous sont morts, hélas, mais il nous reste les Framboises Frivoles, Juliette, Marianne James et autres revisiteurs de génie de la musique classique… Il n’est pas trop tard pour corriger l’horrible erreur de casting.
Albéric Lagier

Tristan et Yseult
Lambert Wilson (récitant), Christine Schweitzer (Soprano)
Ensemble Carpe Diem
Direction musicale : Jean-Pierre Arnaud (transcription)
1CD IndéSens
53 min

mis en ligne le samedi 3 décembre 2011

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.