Jeudi 8 décembre 2022
Invitations à la danse ?
John Butt prend la route du milieu dans les suites de Bach
Orchestral suites BWV 1066 - 1069

Des quatre suites pour orchestre de Bach, les enregistrements sont tellement nombreux, pour ne rester que dans le « historiquement informé », qu’il serait vain de vouloir trouver la version idéale. En ajoutant la sienne, John Butt reste dans un juste milieu entre les tenants de la tempérance et les partisans de l’exubérance : son orchestre est assez étoffé en cordes pour ne pas sonner anémique, mais conservant une certaine souplesse, les tempos ne virent pas à la course à la vitesse mais ils ne s’enlisent pas pour autant, les ornements sont parcimonieusement servis même dans les reprises qui semblent presque le demander. Dirigeant au clavecin, le chef est certes très actif sans que le continuo ne devienne envahissant. Les ouvertures sont à chaque fois les mouvements les plus réussis : non seulement toutes les reprises sont respectées (l’ouverture de la n° 4 dure ainsi presque un quart d’heure), mais surtout les longs développements fugués sont parfaitement menés. Dans son texte de présentation, John Butt insiste sur la fusion de l’élégance française et de la flamme italienne que Bach réussit dans ces pages. Surtout dans les deux suites en ré majeur (3 et 4, mais Bach n‘y est pour rien dans la numérotation) on penche ici plutôt vers l’Italie, et partout le caractère « galant » est un peu gommé : les menuets ou le passepied dans la première suite, par exemple, n’invitent pas vraiment à danser. Les versions du vibrionnant Reinhard Goebel (Archiv) et de l'hédoniste Diego Fasolis (Arts) restent, malgré leur âge, le couple complémentaire de référence. 
Pablo Galonce

Suites pour orchestre BWV 1066 - 1069
Dunedin Consort
Direction musicale : John Butt
2 CD Linn CKD 666 (Outhere)
1 h 41 min

mis en ligne le jeudi 13 octobre 2022

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.