Lundi 14 octobre 2019
Idiosyncrasie approfondie
Au détour des Ballades de Chopin, Yundi retombe dans ses travers
Ballades - Berceuse - Mazurkas

La pochette en dit long : regard baissé sur le clavier invisible (fermé ?), poignet gauche élégamment cassé à hauteur du visage, index droit indiquant la voie à suivre, Yundi ne se laissera plus, comme dans les Nocturnes (voir ici) et les Préludes (et ici), aller à survoler les abîmes chopiniens, sans pour autant renoncer à la grâce qui fait de lui le pendant et le contraire de son confrère et compatriote Lang Lang. Ses quatre Ballades, sa Berceuse, ses quatre Mazurkas op. 17 sont creusées, senties, vécues, mais elles le sont au premier degré, dénuées d’arrière-plans, d’ambiguïtés. Du coup, la grâce devient manière, les nuances paraissent plaquées, la main gauche de la pochette en dit plus long que la droite, les yeux baissés ne sont que pause. Les yundiphiles parleront d’idiosyncrasie approfondie. Les autres retourneront à Rubinstein, à Zimerman, à tellement d’autres.
François Lafon

Quatre Ballades - Berceuse - 4 Mazurkas op. 17
Yundi (piano)
1 CD Deutsche Grammophon 4812443
55 min

mis en ligne le dimanche 13 mars 2016

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.