Lundi 27 mai 2019
Hommage à Liszt, hommages de Liszt
Lise de la Salle signe un récital original
Liszt, pièces pour piano

Comment se distinguer des cohortes de pianistes qui fêtent l’année Liszt ? Pour l’année Chopin, Lise de la Salle n’avait pas trouvé la bonne façon. Ses Ballades et son 2ème Concerto ne cessaient de signifier : « Regardez comme je suis originale ». Cette fois, c’est d’abord son programme qui se distingue : entre Après une lecture du Dante (dix-sept minutes de tempête intérieure tirée de la 2ème des Années de pèlerinage) et la moins connue mais non moins colossale Ballade n°2, entre le vertigineux Mazeppa (une des grandes Etudes d’exécution transcendante inspirée de Victor Hugo) et les Funérailles (dédiées à Chopin, qui vient de mourir, mais aussi à la Hongrie), elle glisse des transcriptions, signées Liszt bien sûr, de lieder de Schubert et de Schumann, ou du Lacrymosa du Requiem de Mozart, pour terminer avec la Mort d’Isolde, ultime hommage du beau-père à son gendre. Un tel programme pourrait être un piège : virtuosité et profondeur, complaisance et modernité, bavardage et sincérité, toutes les contradictions qui font la personnalité de Liszt s’y retrouvent surexposées. Et justement, elle ne surexpose rien. Il y a dans son jeu une retenue qui n’empêche pas le panache, une densité qui ne tue pas la légèreté. Tout cela se retrouve, superbe, dans Nuages gris, cette petite pièce tardive où la mélodie se délite, où la tonalité s’estompe, et où Liszt atteint au pur génie.
François Lafon

Après une lecture du Dante - Lacrymosa (Mozart) ; Ballade n°2; Liebeslied (Schumann); Mazeppa; Nuages gris; Ständchen (Schubert); Funérailles; Mort d'Isolde (Wagner)
Lise de la Salle (piano)
1 CD Naïve V 5267
1 h 17 min

mis en ligne le mercredi 7 septembre 2011

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.