Lundi 6 avril 2020
Grandioses confidences
Magistral parcours schumannien d’Elisabeth Leonskaja
Schumann

Variations / Sonates, ou Schumann dans tous ses éclats. Autour des Etudes Symphoniques en version longue (avec les cinq Variations posthumes données en prélude à la version canonique) : les Variatons Abegg (mise en musique du nom d’une jeune pianiste) et Papillons (tentative de « faire entendre » le roman de Jean-Paul Richter L’Age ingrat), précédant les Sonates n° 1 et 2, chefs-d’œuvre inclassables témoignant de la difficulté des romantiques à assumer l’héritage beethovénien… et de Schumann d’y réconcilier ses alter ego Eusebius et Florestan. Mais aussi Schumann spirite (sur les traces de Jean-Paul, là aussi), qui composa en 1854 les Variations sur le thème des esprits, autre pivot de ce double album dans lequel Elisabeth Leonskaja met tout son art. Nous sommes loin, avec elle, de la tradition (notamment française) d’un Schumann confidentiel, voire intellectuel, mais plus loin encore d’une démonstration de virtuosité. Comme Sviatoslav Richter, dont elle fut la partenaire favorite, elle réconcilie les extrêmes, intime dans la grandeur et grandiose dans la confidence. Cela donne des Etudes Symphoniques titanesques et délicates, des Sonates tumultueuses mais décantées, des Papillons plus que jamais frères du Carnaval. Piano somptueux, prise de son adéquate à la Sendesaal de Brême : au jeu de « si je ne conserve que cinq albums Schumann... », celui-ci a toutes les chances d’en faire partie.
François Lafon

Variations sur le nom Abegg - Papillons – Etudes symphoniques – Variations sur le thème des esprits – Sonates n° 1 et 2
Elisabeth Leonskaja (piano)
2 CD eaSonus EAS29407
2 h 14 min

mis en ligne le jeudi 20 février 2020

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.