Mardi 19 mars 2019
Grandiose et exubérant
Vadym Kholodenko et les Texans enfourchent Prokofiev avec maestria
Concertos pour piano n°s 2 et 5

Lauréat de plusieurs prix, dont la médaille d’or du prestigieux Concours Van Cliburn, en 2013, Vadym Kholodenko aborde Prokofiev avec une aisance remarquable. Dans le si redoutable Concerto pour piano n° 2 (1912/23), pourtant associé à une formation symphonique texane quasi inconnue ici (et qui doit l’être tout autant à l’échelle du territoire américain), il n’a aucune peine à restituer le caractère grandiose mais complexe d’une partition qui combine postromantisme (le 1er mouvement et sa houle prodigieuse qui engloutit le final…), délire digital (2e mvt.), soubresauts futuristes (3e mvt.) et tonicité de la jeunesse (Prokofiev a 20 ans !) – 4e et dernier mvt. On ne voit guère que la première version d’Alexander Toradze, avec Gergiev à la tête du Kirov (Philips), pour l’égaler dans cette folie majestueuse que soliste et chef d’orchestre communiquent à l’un des plus extraordinaires concertos de la première moitié du XXème siècle. D’une écriture plus décousue, mais dans un style se voulant « simplifié », l’ultime 5ème Concerto de 1932 sollicite tout autant la dextérité du soliste. Là encore, les interprètes livrent une interprétation pleine de vie, sans omettre cette élégance du rythme, à la fois primesautier (le piquant dialogue piano / orchestre du 2e mvt.) et tellurique (la danse empourprée du 3e mvt.), bien dans l’esprit du compositeur – qui manie avec panache humour et divertissement, à l’image de l’exubérance qui emporte le final. De quoi attendre avec impatience les trois autres concertos.
Franck Mallet

Prokofiev : Concerto pour piano n° 2 ; Concerto pour piano n° 5
Vadym Kholodenko (piano)
Orchestre symphonique de Fort Worth
Direction musicale : Miguel Harth-Bedoya
1 CD Harmonia Mundi HMC 807631
57 min

mis en ligne le lundi 4 avril 2016

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.