Mercredi 16 octobre 2019
Gounod dans le sirop
Le ténor David Lefort ressuscite des mélodies oubliées
Biondina, souvenir d\'Italie

On a du mal à imaginer Gounod en compositeur international. Pour s’en persuader, c’est dans son large catalogue de mélodies qu’il faut aller voir. Parmi les cent-trente qu’il a composées, on en trouve une vingtaine en anglais et seize en italien. C’est l’occasion de découvrir Biondina, « a musical novel in twelve chapters » composé en 1872 à Londres, où l’auteur de Faust et de Mireille avait élu domicile. C’est un cycle, genre peu pratiqué en France à cette époque, sauf par Massenet qui, dans ses bouquets de Poèmes, se réclamait de Schubert. Biondina est une orpheline aux cheveux blonds - comme son nom l’indique -, qui meurt dans les bras de son poète d’époux, lequel raconte leur histoire en vers. Ce n’est pas du meilleur Gounod, mais une certaine couleur italienne donne à l’ensemble une cohérence bien venue. Quelques ténors, parmi lesquels Anthony Rolfe Johnson, ont déjà enregistré cette Biondina. Voici le Français David Lefort, qui complète son récital avec quelques mélodies isolées de Gounod et du Napolitain Tosti. Il chante fort joliment, mais ne parvient pas plus que son fidèle accompagnateur Simon Zaoui à extraire ces musiques du bain de sirop dans lequel elles reposent.
François Lafon

Biondina, La Veneziana, Venise, La Pervenche, La Rondinella pellegrina, Oh! Dille tu!, Le Ruisseau - Francesco Paolo Tosti : Non t'amo piu, Tormento, L'ultima canzone
David Lefort (ténor), Simon Zaoui (piano)
1 CD Hortus 084
1 h 01 min

mis en ligne le vendredi 20 janvier 2012

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.