Samedi 25 juin 2022
Fructueuse alternative
Nelson Goerner revisite l'Espagne d'Albéniz
Iberia

Significativement, les grandes versions de ces douze pièces pour une bonne part composées à Paris entre 1905 et 1908, terminées par un Albéniz luttant contre la maladie qui l’emportera à quarante-neuf ans, installent des atmosphères assez différentes, du piano saturé de couleurs (on dirait presque de senteurs) de la « référence » Alicia de Larrocha, à celui plus interrogatif et se référant à juste titre à Debussy d’Aldo Ciccolini. L’Argentin Nelson Goerner, élève de la très renommée pédagogue Maria Tipo et disciple de Martha Argerich, arrive donc dans un univers saturé, ce qui rend sa réussite plus étonnante encore. De ces quatre cahiers de trois pièces pas si libres de forme qu’elles en ont l’air et presque toutes parées de noms de villes, de fêtes, de pas de danses liées à l’Andalousie, il accentue le caractère introspectif, vaste méditation ponctuée d’assauts de violence ou d’enthousiasme, sans cesse revenant à des thèmes, des accents évoquant une Espagne débarrassée de l’espagnolisme à la mode de l’époque. Rien de sec dans son approche pourtant très analytique, mettant en valeur le jeu de timbres et les dissonances ouvrant la porte à nombre d’expériences pianistiques du XXème siècle, mais agissant sous ses doigts comme une sorte d’hypnose, jamais relâchée durant la presque heure et demie que dure l’ensemble. Une bonne façon de découvrir ce chef-d’œuvre a priori intimidant, avant de se jeter (on y revient toujours) dans les diverses versions laissées par Alicia de Larrocha, auxquelles Goerner offre une fructueuse alternative.
François Lafon

Iberia
Nelson Goerner (piano)
1 CD Alpha Classics Alpha 829 (distribution Outhere)
1 h 23 min

mis en ligne le mardi 24 mai 2022

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.