Mardi 15 octobre 2019
En survolant l'archipel schubertien
Neville Marriner dirige Schubert sur le mode galant
Les Symphonies - Fragments

C’était l’époque où l’Academy of St Martin in the Fields le disputait à l’English Chamber Orchestra en matière de perfection à l’anglaise. Puis a déferlé la vague baroque, et ces ensembles qui jouaient Bach et Vivaldi aussi bien que Mozart et Schubert sont devenus des objets vintage. Neville Marriner, chef attitré de l’Academy, était connu pour son élégance un peu froide. En écoutant cette intégrale des Symphonies de Schubert, on retrouve sa manière, qui était celle dont on les interprétait couramment, avant que des chefs comme Claudio Abbado ou Nikolaus Harnoncourt n’en fassent apparaître l’ambiguïté latente. Dans les premières, encore mozartiennes, la vivacité sans afféterie de Marriner fait mouche, mais à partir de la « Tragique », et jusqu’à la « Grande » en passant par l’ « Inachevée », on a l’impression qu’il ne fait que survoler la musique. Outre son prix très doux, le véritable intérêt de ce coffret est la présence des esquisses symphoniques laissées par Schubert, complétées par le musicologue Brian Newbould. Dommage qu’aucune de ces oeuvres reconstituées n’égale celles que le compositeur a menées à bien, à commencer par... l’« Inachevée ».
François Lafon

Symphonies n°1, 2, 3, 4 (Tragique), 5, 6, 7, 8 (Inachevée), 9 (Grande), 10, Fragments D 615 et D 708a
Academy of St Martin in the Fields
Direction musicale : Neville Marriner
6 CD Newton Classics 8802033
6 h 04 minutes

mis en ligne le mardi 22 février 2011

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.