Jeudi 26 mai 2022
Du vent dans les sérénades
Vents de folie chez Mozart et Beethoven avec l’ensemble MIB
Mozart, Beethoven

Étrange comme ces partitions pour vents au style léger et divertissant, destinées le plus souvent à être données en plein air à l’occasion d’événements festifs, possèdent encore quelque deux cent cinquante ans après leur composition, un caractère prégnant… Témoins d’une époque et d’un genre galant inspiré d’airs et de danses populaires que Mozart se plaît à enrichir par son écriture savante, à l’image de cette Sérénade en do mineur KV 388/384a de 1782, dont l’expression si chantante s’apparente à des tournures opératiques. Le jeune ensemble MIB, constitué de membres issus de formations italiennes (Fenice de Venise, Carlo Felice de Gênes et Orchestre de Padoue et Vénétie) ou de l’Orchestre du Festival de Budapest, rivalise d’esprit dans cette œuvre si rayonnante. Musicien au service de la cour à Bonn dès l’âge de 14 ans, Beethoven s’illustre dans une période relativement brève à la musique pour vents – pratique qu’il poursuivit néanmoins durant ses premières années viennoises, jusqu’en 1800. Suivant le modèle mozartien, son Octuor en mi bémol majeur op. 103 (une édition posthume), de dix ans postérieur à la Sérénade KV 388/384a, se régale de sonorités pastorales au calme olympien (Andante) conjuguées à des rythmes bien enlevés (Allegro, Menuetto), voire la course joyeusement effrénée du Finale, tourbillonnants à souhait avec un ensemble d’une telle qualité.  
        Franck Mallet

Mozart : Sérénade en do mineur KV 388/384a (1782) - Beethoven : Rondo en mi bémol majeur Wo0 25 ; Octuor en mi bémol majeur op. 103 (1792/94)
MIB Wind Ensemble
1 CD Channel Classics CCS 44122 (distribution Outhere)
52 min

mis en ligne le mardi 26 avril 2022

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.