Lundi 14 octobre 2019
Du sacré qui racole
Vittorio Grigolo dans un programme à faire pleurer Margot
Ave Maria

Ils y passent tous. Adulés par le public d’opéra, tous les ténors sont, un jour ou l’autre, tentés de l’être par un public plus vaste encore : rappelez-vous les trois ténors (Carreras, Pavarotti, Domingo), Roberto Alagna et ses mélodies siciliennes ou Mexico de Rolando Villazon. Vittorio Grigolo se lance donc à son tour dans un récital à faire pleurer Margot, avec chœur d’enfants pour forcer le trait, un programme de musique sacrée et un titre capable de séduire le plus athée des mécréants, Ave Maria. D’habitude, l’art de Vittorio Grigolo repose sur le savant mélange d’une voix qui permet toutes les facilités, et d’un look qui autorise toutes les séductions : veste blanche et œil de velours pour chanter La Vie en rose au pied de la Tour Eiffel le 14 juillet dernier ; pulsions et sex appeal dans Lucia di Lammermoor à l’Opéra Bastille il y a quelques semaines (voir ici). Ici, ne reste que la voix, l’aisance de chaque instant, et le don de mettre des trémolos là où il faut. Mais c’est le programme qui veut ça…
Gérard Pangon

Airs de Catena, Franck, Capocci, Bartolucci, Verdi, Caccini, Mozart, Niedermeyer, Schubert, Perosi
Vittorio Grigolo (ténor), Francesca Dego (violon)
Chœur des petits chanteurs de la Chapelle Sixtine, Orchestra Roma Sinfonietta
Direction musicale : Fabio Cerroni
1 CD Sony Classical 88725456832
1 h 01 min

mis en ligne le lundi 11 novembre 2013

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.