Mardi 15 octobre 2019
Du galant pesant
Jean-Chrétien Bach dans une chambrette italienne
Johann Christian Bach – A Music Party

La vie de Jean-Chrétien Bach est pleine de clichés. Dernier descendant mâle de la tribu Bach, c’était le préféré de son père. Et ce gamin doué fut un fils gâté. Une vie facile de musicien-voyageur le mène à Berlin, chez son frère Carl Emanuel, puis en Italie, où l’amour l’appelle (Bologne, Milan, Naples). Avec l’âge, c’est plutôt l’argent qui l’attire. A Londres, la reine Charlotte (l’épouse de Georges III) le pensionne, tandis qu’avec son ami Abel, il se lance dans la lucrative activité des B-A-C (Bach Abel Concerts). L’interprétation par les Amarillis d’œuvres de chambre du « Bach de Londres » colle à ces clichés biographiques. Œuvres galantes, italiennes dans l’esprit et annonciatrices de Mozart (qui avait la plus haute estime pour lui), elles pourraient être élégamment légères, mais non. Ca gazouille à l'excès, les basses obligées sont contenues, l’ensemble se veut trop ensemble pour laisser les individualités s’exprimer pleinement. Il en résulte une atmosphère aimable mais pesante, parfois mièvre. Certes, la biographie de J.C. Bach est parsemée de mystères, et sa fin misérable (un enterrement en solitaire et 4000 Livres de dettes) est-elle le signe qu’il était antipathique ? Ce programme de cinq de ses quintettes avec, pour couronner le tout, un sextuor ne fait pas grand chose pour lui restituer une gloire psothume.
Albéric Lagier

Quintettes op.22 n°1 en ré majeur ; op.22 n°2 en fa majeur ; op.11 n°6 en ré majeur ; op.11 n°1 en do majeur ; op.11 n°3 en fa majeur. Sextuor en do majeur
Ensemble Amarillis
Direction musicale : Héloïse Gaillard
1 CD agOgique (2011) AGO003
1 h 16 mn

mis en ligne le dimanche 12 février 2012

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.