Mercredi 30 septembre 2020
Drôle de récital
Autoportrait en kit d’un claviériste pas comme les autres
Bells

Pourquoi Bells ? « Parce que le son des cloches combine bourdon grave et pédale », les deux procédés de composition qui réunissent époques et cultures dans ce drôle de récital. Pourquoi quatre instruments (piano, pianoforte, clavecin, Fender Rhodes) ? Parce que « cette collection de sons est ma voix », affirme Anthony Romaniuk, claviériste voyageur venu d’Australie et passé par tous les genres, du baroque au rock indépendant. Le résultat est assez cohérent dans son apparente incohérence. Romaniuk ose tout, comme jouer deux fois de suite le Prélude de la 2ème Suite anglaise de Bach. Au clavecin ? Non, au piano et au Fender Rhodes (plus tard dans le programme, il passera au clavecin pour la Bourrée de la même Suite). Il n’hésite pas non plus à confronter Bartok (Mikrokosmos) et George Crumb (Makrokosmos), à improviser des préludes improvisés à l’Adagio de la Sonate KV 540 de Mozart ou au Prélude et fugue n° 1 de Chostakovitch, ou encore à broder au pianoforte sur Der Leiermann, lied ultime du Voyage d’hiver de Schubert. Tout cela avec un toucher varié et sensible jusque dans les vaporeuses sonorités du Fender Rhodes, et une façon très personnelle d’effleurer les mystérieuses correspondances qui unissent ces pièces par-delà le temps et l’espace.
François Lafon

Pièces de Bela Bartok, Johann Sebastian Bach, Claude Debussy, György Ligeti, William Byrd, George Crumb, Ludwig van Beethoven, Federico Mompou, Wolfgang Amadeus Mozart, Chick Corea, Jean-Philippe Rameau, Henry Purcell, Dmitri Chostakovitch
Anthony Romaniuk (piano, pianoforte, clavecin, Fender Rhodes)
1 CD Alpha-Classics Alpha 631 (Outhere)
1 h 18 min

mis en ligne le dimanche 13 septembre 2020

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.