Jeudi 17 octobre 2019
Droit au cœur
Le Ricercar Consort dans un Buxtehude hors du commun
Buxtehude / Membra Jesu nostri

Dans le répertoire de Buxtehude, les sept cantates Membra Jesu Christi occupent une place à part. C’est à son ami Gustav Düben, maître de chapelle à la cour de Suède que le compositeur les envoie en 1680 ; elles ne correspondent à aucune liturgie ; les textes sont en latin et non en allemand, comme le recommandait Luther, ce qui laisse penser qu’elles ne sont pas destinées à des fidèles « ordinaires. » Quoi qu’il en soit, elles reprennent une thématique essentielle du protestantisme, l’importance des souffrances du Christ dans le chemin vers le salut. La magnifique musique de Buxtehude souligne bien la démarche : elle passe de la tristesse et de la compassion à l’espérance et à la plénitude, avec une construction similaire pour chacune des sept cantates : un début instrumental, un partie chorale, des arias, un chœur final. Chacune d’elles est associée à l’une des plaies du Christ durant sa Passion (aux pieds, aux genoux, aux mains, au côté, à la poitrine, à la face, au cœur), et s’appuie sur de subtiles polyphonies à la forte expressivité, d’où l’émotion que ces œuvres dégagent et que le Ricercar Consort restitue en passant avec bonheur de sonorités charnelles à des harmonies immatérielles
Gérard Pangon

Membra Jesu nostri BuxWV 75 ; Gott, hilf mir ! BuxWV 34
Maria Keohane (soprano), Hanna Bayodi-Hirt (soprano), Carlos Mena (alto), Jeffrey Thompson (ténor), Matthias Vieweg (basse)
Ricercar Consort
Direction musicale : Philippe Pierlot
1 CD Mirare MIR444
1 h 19 min

mis en ligne le lundi 2 septembre 2019

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.