Mardi 15 octobre 2019
Double casquette
T. Zehetmair défend mieux Schumann de l'archet que de la baguette
Robert Schumann

Drôle de couplage que celui-ci. Certes, la 1ère Symphonie « Le Printemps » y entraine dans son sillage le beaucoup moins vendeur Concerto pour violon. Certes, Thomas Zehetmair peut y coiffer sa double casquette de violoniste et de chef à la tête de l’Orchestre de Chambre de Paris dont il a été l’éphémère chef principal. Mais c’est aussi l’occasion pour lui de remettre sur le métier ce parent pauvre des illustres concertos pour violon et violoncelle, qu’il avait déjà enregistré en 1988 avec Christoph Eschenbach au pupitre (Teldec) et dont il a depuis participé à l’édition philologique, ainsi que la non moins problématique Fantaisie pour violon et orchestre. Il défend les deux œuvres avec une assurance, une sûreté d’archet plus impressionnantes encore, mais semble un peu seul face à un orchestre seulement accompagnateur, déséquilibre dont se porte mieux la plus chambriste Fantaisie. Chambriste aussi la Symphonie, ce qu’on ne reprochera pas à un orchestre de chambre, bien que celui-ci sonne à la fois mince et compact (la faute à la prise de son ?) là où l’on attendrait une réhabilitation de l’orchestre schumannien, si souvent jugée trop touffu.
François Lafon

Concerto pour violon et orchestre - Symphonie n° 1
Thomas Zehetmair (violon)
Orchestre de Chambre de Paris
Direction musicale : Thomas Zehetmair
1 CD ECM New Series 481 1369
1 h 16 min

mis en ligne le lundi 1 août 2016

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.