Lundi 14 octobre 2019
Des révolutions ratées
Et du contresens en guise de contrepoint
Révolutions

Des chants révolutionnaires ? Certes, mais seulement quelques révolutions du XIXème siècle : 1830, 1848, 1871. Exit 1789 et les révolutions de province et d’outre-mer.  On entend alors en vrac une valse de Chopin, un extrait de La Périchole, un Garibaldi sur une musique de Verdi, et des variations sur La Marseillaise – pour le coup des découvertes qui sont plus du registre de Gainsbourg que de Rouget de L’Isle. Un certain Pierre Chambeaudie demande dans des vers appliqués de ne plus crier « A bas les communistes », en vain. Paul Henrion, qui fut président de la SACEM et non de l’internationale des artistes, y va de ses conseils : Aime, travaille et prie – si Pétain avait su…. Un des clous du CD est l’orgue de Barbarie, mais on en voyait peu sur les barricades, en revanche c’était l’instrument qui accompagnait les quêteurs de l’Armée du Salut et on ne s’étonnait pas, à l’époque, d’en voir trôner dans les églises. Le tout débité dans un désordre chronologique complet et sans aucune fausse note – à croire que les révolutionnaires maîtrisaient leur solfège et l’art du contre…sens. Bref, puisque les auteurs du CD ont des visées historiques, ils font comprendre pourquoi nos révolutionnaires du XIXème siècle ont tout raté.
Albéric Lagier

Chants révolutionnaires des années 1830, 1848 et 1871
Isabelle Druet (mezzo-soprano), Jean-François Novelle (ténor), Arnaud Marzorati (baryton)
Les Lunaisiens
1 CD Paraty
1 h 13 min

mis en ligne le dimanche 19 octobre 2014

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.