Jeudi 27 juin 2019
Des requiems pleins de... vie
Entre Renaissance et baroque, deux Siciliens inspirés
Mario Capuana - Bonaventura Rubino - Requiem

Quoi de commun entre Mario Capuana et Bonaventura Rubino ? Une même île, la Sicile, où l’un et l’autre écrivirent vers le milieu du XVIIème siècle ces Messes des morts dont, jusqu’à cet enregistrement, on ignorait tout. Et l’on avait tort : la superbe interprétation du Chœur de chambre de Namur sous la direction de Leonardo García Alarcón rend justice à ces petits chefs d’œuvre caractéristiques d’une époque où la musique baroque prend le pas sur celle de la Renaissance. Si le Requiem de Rubino s’inscrit dans la grande tradition polyphonique italienne et annonce la « musique d’après », celui de Capuana, avec ses côtés madrigalesques, rappelle la « musique d’avant ». Expressif à l’extrême, il surprend par ses côtés sensuels, presque enjoués, et par une atmosphère loin de toute solennité, où les dissonances sont là pour attirer l’oreille, où les effets d’écho mettent l’accent sur les passages essentiels de la liturgie. Cette Messa di defonti a quattro voci respire la liberté. Quoiqu’elle soit plus « installée », La Messa di morti a 5 concertata de Rubino témoigne, elle aussi, de cette musique italienne qui constitue une sorte de chaînon manquant entre Monteverdi et Vivaldi. Et l’interprétation hors pair – on ne saurait trop insister – lui donne toute sa vitalité.
Gérard Pangon

Capuana : Messa di defonti a quattro voci - Rubino : Messa di morti a 5 concertata
Chœur de Chambre de Namur
Direction musicale : Leonardo García Alarcón
1 CD Ricercar RIC 353
1 h 03 min

mis en ligne le mercredi 4 mars 2015

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.