Samedi 14 décembre 2019
Des goûts réunis
Une mise en parallèle inattendue et réussie
OPUS 1 - Dandrieu - Corelli

Jean-François Dandrieu (1682-1738) est surtout renommé pour ses œuvres liturgiques et moins pour sa musique de chambre. Admirateur de Corelli (1653-1713) et contemporain de François Couperin (1668-1733), il partage avec ce dernier un intérêt pour les goûts réunis – français, italien, allemand. La mise en parallèle avec Corelli, considéré comme l’inventeur de la sonate à trois instruments a pour double mérite de montrer que l’élève est à la hauteur du maître et sait s’en inspirer sans se départir de sa personnalité. Chercher à juger ce qu’il y a de français ou d’italien dans les sonates de Dandrieu est un jeu rendu dangereux par celui des membres du Consort. Eux-mêmes jouant avec une émotion commune ces différentes sonates en font une interprétation qui déroute les oreilles les mieux averties tant il est parfois difficile d’attribuer la bonne paternité. Et peu importe d’ailleurs, ce programme qui mêle l’opus 2 de Corelli et l’opus 1 de Dandrieu est l’occasion pour le jeune ensemble de confirmer ce que disait Molière à propos de Clitandre (dans L’Amour médecin) : " La science ne se mesure pas à la barbe, et ce n’est pas par le menton qu’il est habile." Mêlant science – jusque dans des contrepoints très allemands  – mais aussi élégance (toute française), moments de tendresse et instants d’une exubérance dite italienne, cette heure de musique enchante et jamais ne lasse.
Albéric Lagier

Jean-François Dandrieu : Sonates op. 1 à 6 ; La Corelli, pièce pour clavecin transcrite par Justin Taylor - Arcangelo Corelli, Sonates op.4 n°4 ; op. 2 n°8 ; op.2 n°12
Ensemble Le Consort
Direction musicale : Justin Taylor
1 CD Alpha-Classics Alpha 542
1 h 02 min

mis en ligne le jeudi 31 octobre 2019

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.