Vendredi 18 octobre 2019
Débordante énergie
Antonio Pappano mène tambour battant le War Requiem de Britten
War Requiem

Le War Requiem de Britten, frère jumeau du Requiem de Verdi ? C’est apparemment l’opinion d’Antonio Pappano, lequel applique au premier l’énergie débordante qu’il avait, avec succès, insufflé au second (voir ici). Mais l’œuvre de Britten, créée en 1962 à l’occasion de la reconstruction de la cathédrale de Coventry bombardée pendant la Seconde Guerre mondiale, est d’une tout autre nature. Entre les sections de la messe - grandiose, avec grand orchestre, soprano solo et chœurs -, il a intercalé des poèmes pacifistes de Wilfried Owen, soldat anglais mort dans les tranchées en 1918, et confiés au duo baryton-ténor accompagné par un petit ensemble. Ce choc du pot de fer contre le pot de terre, qui fait l’originalité de l’œuvre, est amoindri par la fougue permanente de Pappano et de ses troupes. C’est d’autant plus regrettable que les Chœurs et l’Orchestre de l’Académie Ste Cécile de Rome se surpassent (avec, quand même, quelques dérapages : nous sommes en live) et que Ian Bostridge et Thomas Hampson savent susciter l’émotion quand il le faut, tandis qu’Anna Netrebko joue (un peu trop ?) la carte du grand opéra. Nous sommes loin, tout de même, de l’enregistrement de référence dirigé par Britten lui-même avec Galina Vichnievskaia, Peter Pears et Dietrich Fischer-Dieskau (Decca) ou, pour citer une version plus récente, de celle, superbement équilibrée, de Mariss Jansons (BR Klassik).
François Lafon

War Requiem
Anna Netrebko (soprano), Ian Bostridge (ténor), Thomas Hampson (baryton)
Choeur, Maîtrise et Orchestre de l'Accademia di Santa Cecilia (Roma)
Direction musicale : Antonio Pappano
1 C Warner Classics 6 15448 2
1 h 20 min

mis en ligne le samedi 14 juin 2014

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.