Vendredi 18 octobre 2019
Chopin à la loupe
Marc-André Hamelin en mal de poésie
 
Le même, pas pareil
Chopin en plein envol
Une Barcarolle pour l’au-delà
Berceuse – Sonate pour piano n° 2 – Deux Nocturnes op. 27 – Barcarolle – Sonate pour piano n° 3

La Berceuse, la Barcarolle, les 2ème et 3ème Sonates : c’est le Chopin de la grande maturité qu’a choisi Marc-André Hamelin. Ce pianiste-explorateur, qui n’aime rien tant que partir à la recherche des beautés cachées des oubliés (Alkan, Marx, Rubinstein, Catoire, Roslavets), aime aussi faire apparaître  les beautés cachées des trop connus. On sent, dès la Berceuse, qu’il veut nous montrer « comment c’est fait ». Comme sa technique est transcendante et son sens musical aguerri, il parvient en effet à casser nos habitudes. L’ennui, c’est que cette attitude refroidit l’atmosphère. Peu enclin aux confidences, peu doué pour la fragilité, il nous offre un Chopin revu par Liszt, un festival de grand piano, péremptoire jusque dans les passages les plus méditatifs. La musique supporte le traitement (elle est assez géniale pour cela), mais perd de son pouvoir de suggestion. Le presto-minute qui termine la 2ème Sonate reflète bien l’intérêt et les limites de l’exercice: on admire la façon dont Chopin, après la Marche funèbre, nous entraîne dans ce tourbillon de papillon fou, mais on reste à terre, à observer le phénomène à la jumelle.
François Lafon

Berceuse – Sonate pour piano n° 2 – Deux Nocturnes op. 27 – Barcarolle – Sonate pour piano n° 3
Marc- André Hamelin (piano)
1 CD Hyperion CDA 67706
1 h 17 min

mis en ligne le mardi 7 septembre 2010

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.