Mardi 17 juillet 2018
Choc assuré
Retour en beauté du sombre chef-d’oeuvre de Dallapiccola
Il Prigioniero

Toujours d’actualité, ce Prisonnier inspiré de Villiers de l’Isle-Adam (La Torture par l’espérance), que Luigi Dallapiccola a composé au sortir de la 2ème guerre mondiale et qui se termine par « La Liberta ? ». Peut-être parce qu’il est court (à peine cinquante minutes) et difficilement « couplable » (quelle ouvrage ne ferait pâle figure auprès de celui-là ?), il est rarement monté. A chaque fois, pourtant, le choc est assuré : on se souvient encore du spectacle mis en scène par Bernard Sobel et dirigé par Esa Pekka Salonen au Châtelet en 1992. En voici une production enregistrée live à l’Opéra de Graz (Autriche), sans tête d’affiche et en apparence plus modeste. Choc encore : le chef maison Dirk Kaftan obtient de ses troupes la puissance (quels chœurs !) et la finesse qui caractérisent la musique de Dallapiccola, mariage improbable de dodécaphonisme et de lyrisme italien, inspirant en son temps à Charles Koechlin un commentaire définitif : « Lui parle, les autres bafouillent ». Beau plateau vocal, mené par le baryton Markus Butter et la soprano Aile Asszonyi, intenses sans oublier d’être musicalement précis, ce qui n’est en l’occurrence pas évident. On aimerait dans la foulée entendre les impressionnants Canti di prigionia (chœur, deux pianos, deux harpes et percussions) composés par Dallapiccola au début de la guerre, avec lesquels Salonen avait complété son enregistrement multi-récompensé du Prigioniero (Sony – 1995).
François Lafon

Il Prigioniero
Markus Butter (le Prisonnier), Aile Asszonyi (la Mère), Manuel von Senten (le Geôlier; l'Inquisiteur), Roman Pichler, David McShane (les Prêtres)
Choeur de l'Opéra de Graz, Orchestre Philharmonique de Graz
Direction musicale : Dirk Kaftan
1 CD Oehms Classics OC 970
48 min

mis en ligne le lundi 2 avril 2018

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.