Mercredi 18 juillet 2018
Cantates amoureuses
Du Bach sacré en forme de madrigal
Dialogkantaten

Dès le Moyen Age, des dialogues entre l’Ame et le Christ apparaissent dans la mystique chrétienne, et c’est à la Renaissance qu’on les met en musique. Lorsqu’il compose sa demi-douzaine de cantates en dialogue, Jean-Sébastien Bach s’inscrit donc dans la tradition. Mais en minimisant la partie orchestrale et l’intervention du chœur, il leur donne la forme d’un madrigal, et joue sur le face à face soprano/basse plus que sur les fugues qui constituent souvent un élément fort de ses autres cantates. « A l’époque baroque, tout ce qui est bon pour transcrire la palpitation de l’amour profane, jusque dans sa sensualité la plus trouble, est aussi bon pour traduire l’amour sacré, et même pour le susciter, » écrit Philippe Beaussant dans Vous avez dit baroque ?, l’un de ses livres les plus connus. Cet album en est l’exemple même, qui respire la séduction et la sensualité tel un duo d’amour issu d’un opéra. Cette atmosphère naît de la partition, bien sûr, mais l’interprétation y est aussi pour beaucoup : choix du tempo, expressivité de l’orchestre, présence des voix, tout concourt à faire danser ces cantates. Sophie Karthäuser chante avec délicatesse, et Michael Volle, plus connu pour ses rôles wagnériens, donne de la profondeur à ces dialogues amoureux.
Gérard Pangon
 

Cantates BWV 32, 49 et 57
Sophie Karthäuser (soprano), Michael Volle (basse)
Akademie für Alte Musik Berlin
Direction musicale : Raphael Alpermann
1 CD Harmonia Mundi HMM 902368
1 h 05 min

mis en ligne le lundi 11 juin 2018

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.