Dimanche 26 mai 2019
Caldara au sommet
Un pur moment de félicité baroque
La Concordia de’ pianeti

De son vivant, Caldara (1671 - 1736) était aussi célèbre qu’Haendel et Vivaldi réunis, dont il est, de quelques années, l’aîné. Il fit l’essentiel de carrière à Vienne, et c’est à l’occasion du mariage, en 1723, du nouveau couple impérial qu’il livra cette composition théâtrale de circonstance, c’est à dire majestueuse et festive. L’intrigue en est simple : il s’agit de célébrer l’harmonie des planètes, à l’image de celle des mariés, et de l’heureux événement attendu (ce sera « malheureusement » une fille). En tant que chanteur et violoncelliste, Caldara excelle dans l’art du chant et de l’instrumentalisation, et donc de l’opéra, tant en qualité qu’en quantité (près de 80). Dans La Concordia de’ pianeti, rien n’est trop beau pour ses protecteurs : une suite vertigineuse d’arias dont l’élégance n’a rien à envier à la virtuosité, des chœurs généreux, une instrumentalisation inventive. C’est du meilleur Caldara – les sommets haendéliens sont aisément atteints – qu’Andrea Marcon a exhumé. Et comme rien n’est trop beau, non plus, pour Caldara, Andrea Marcon a convoqué, autour de La Cetra Barockorchester, une distribution d’excellence : Véronica Cangemi, Delphine Galou, Franco Fagioli et Daniel Behle pour ne citer que les plus connus. Un moment de pure félicité baroque.
Albéric Lagier

La Concordia de’ pianeti
Veronica Cangemi (Diana), Ruxandra Donose (Giove), Franco Fagioli (Apollo), Daniel Behle (Mercury), Delphine Galou (Venere), Carlos Mena (Mars), Luca Tittoto (Saturn)
La Cetra Vocalensemble, La Cetra Barockorchester
Direction musicale : Andrea Marcon
2 CD Archiv 479 3356
1 h 48 min

mis en ligne le mercredi 19 novembre 2014

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.