Mardi 15 octobre 2019
Ça tangue sur l’Euphrate
Semiramide en quinze airs, par Anna Bonitatibus
Semiramide, La Signora Regale

La légende de Sémiramis (Semiramide en italien) avait tout pour plaire aux compositeurs et librettistes des XVIIème et XVIIIème siècles : belle et belliqueuse, fondatrice de Babylone et conquérante, reine d’Assyrie pendant plus de quarante ans, au centre de fatales intrigues amoureuses… Ses débuts sur scène commencent en 1648 à Venise (Semiramide in India, Francesco Sacrati) et se confirment avec un succès constant jusqu’au XIXème siècle et son sommet rossinien (1823). Si, en deux CD, Anna Bonitatibus n’atteint pas l’exhaustivité, elle exhume pourtant une quinzaine d'extraits d’opéras différents. Mais voilà, Anna fait son Semiramitibus à elle : des airs de bravoure à la chaîne, et peu importe qu’ils soient baroques ou non, l’affect et la technique sont les mêmes – d’où un Rossini pour le moins inattendu. La technique est stupéfiante, la diction parfaite, mais où est l’âme? A défaut, Anna Bonitatibus abuse des vibrato, incessants même hors des vocalises, et use ainsi l’auditeur par un effet de mal de mer auditif. Un seul CD, plus respectueux des œuvres, aurait suffit.
Albéric Lagier

Sémiramide - extraits d'opéras éponymes de Bernasconi, Bianchi, Borghi, Caldara, Catel, Garcia, Handel/Vinci, Jommeli, Meyerbeer, Nasolini, Paisiello, Porpora, Rossini, Traetta
Anna Bonitatibus (mezzo-soprano)
Accademia degli Astrusi - La Stagione Armonica
Direction musicale : Federico Ferri
2 CD Deutsche Harmonia Mundi
1 h 30 min

mis en ligne le vendredi 8 août 2014

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.