Mardi 19 mars 2019
Bruits et fureurs
Stephan, Vierne et Durosoir d’attaque avec l'Ensemble Calliopée
Ombres et Lumières

Souvent pertinente, la collection « Les musiciens et la Grande Guerre » s’enrichit de trois partitions majeures avec ce « Volume XVIII ». D’abord Rudi Stephan, disparu dans les tranchées de Galicie à l’âge de 28 ans, dont l’opéra Les premiers hommesDie ersten Menschen ») fut une belle (re)découverte de Radio France, en 2004. Sa Musique pour 7 instruments à cordes (1911) repousse les limites de la ferveur romantique de Schumann ou Brahms par la violence de son contraste, entre un piano furieusement martelé, l’apaisement rêveur d’une harpe candide et la virulence de cordes outragées. Interprétation soignée de l’Ensemble Calliopée, bien que ses musiciens paraissent plus à l’aise dans le Quintette pour piano de Vierne – dont c’est la troisième version discographique depuis le début de l’année ! (Voir ici et ). Calliopée manie à merveille le chaud et froid, passant du rugissement (1er mouvement !) à la tendresse (II), jusqu’à l’humour glacé de la danse macabre du 3ème mouvement. Après un premier album consacré à plusieurs partitions de chambre de Durosoir (Alpha), Calliopée ajoute à son palmarès ce robuste et juvénile Poème, inédit des années vingt, pour un album de bruit et de fureur.
Franck Mallet

Stephan : Musique pour sept instruments à cordes - Vierne : Quintette pour piano et cordes, op. 42 - Durosoir : Poème pour violon, alto et piano
Ensemble Calliopée
1 CD Hortus 718
1 h 13 min

mis en ligne le mercredi 8 juin 2016

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.